20 000 lieues sous les merdes.

20 000 lieues sous les merdes - Matou Dessine - WEB

Hello mes chats !

Pour ceux qui ne le savent pas, ma voiture s’est fait désosser la semaine dernière. Et soyons francs, c’était JUSTE ce qu’il me fallait : la cerise sur le gâteau.
J’avoue que beaucoup ont dû supporter ma mauvaise humeur après ce coup dur.

Je parle très peu de ma vie sur les RS mais je voulais vous partager mon ressenti de ces derniers temps…
Déjà, oui, je sais : « ça reste du matériel », comme beaucoup savent très vite le dire. Surtout ceux qui n’ont pas été touché, d’ailleurs.
Mais en tant qu’indépendante, quand j’ai voulu m’acheter cette voiture, j’ai eu le droit (encore et toujours) à une belle porte qui claque sur ma gueule de la part des banques.
Et donc, j’ai dû économiser pour l’acheter, cette voiture.
Elle n’est pas tombée du ciel, ni du porte-feuille de mon mec, ni de je ne sais où (comme beaucoup le prétendent).
Voilà. Elle représentait mes efforts et l’eau dans mon vin depuis plusieurs années.

Donc je subis encore cet événement comme une punition.
Mais bref, « Shit happens » comme ils savent bien le dire outre Atlantique.

« 20 000 lieues sous les merdes » est la phrase qui a échappé à mon copain quand on a vu l’état de la voiture.
J’en ai ri/chialé et j’ai imaginé cette couverture de livre.
Ça représente notre quotidien.
Vous pouvez voir aux merdes qui flottent que beaucoup de choses tournent autour de mon statut.
C’est un fait : en France, les indépendants sont loin d’être aidés mais surtout, très loin d’être voulus.

C’est le ressenti que j’ai après :
Avoir essayé de louer un appart, des mois de combat pour vivre décemment, aucune aides de l’état, le rêve d’avoir une maison qui vole en éclat, les arrêts maladies où je ne peux pas m’arrêter, l’incompréhension des gens…
Dans cette dernière catégorie, il y a une phrase que j’ai entendue durant ces années de freelance. Elle me vient d’un client et elle m’a particulièrement choquée :
« Mais tu sais Mathilde, le statut d’auto-entrepreneur a été installé pour que les salariés fassent des heures supplémentaires payées. Ça ne te dérange pas de travailler sous un statut de dépannage ? »
Un statut de dépannage…
On est 1 million aujourd’hui en France, on répond à un besoin et des « personnes » réfléchissent comme ça : que nous sommes juste des femmes et des hommes sous un statut qui ne vaut que du dépannage.

Je trouve ça immensément triste et insultant.

Voilà le gros de mon ressenti. J’ai craché mes mots, vous en faites ce que vous voulez.

Bonne journée à tous.

Matou

#FreelanceFashionWeek

Je participe à la #freelancefashionweek accompagnée de Bios (et son fidèle plumeau) !

Parce que quand on est Freelance, on est toujours au top de la mode, n’est-ce pas ?

Un polaire, un jogging, des pantoufles ainsi qu’un plaid est la panoplie lvl 100 des Freelances.

A l’aise, Blaise.

Matou Dessine

La botte secrète

Hello Guys !

Et vous, parlez-vous le franglais d’entreprise ?
Perso, c’est un skill que je try de learn by myself. Mais c’est pas toujours easy-easy, je l’avoue…

Du coup, quand ça become hard, j’ai ma secret shoe. Héhéhé !

Merci Perceval 😉

On me dit dans l’oreillette que ça illustre très bien la chanson « Les jeunes cadres dynamiques » de Frédéric Fromet
https://www.youtube.com/watch?v=vL2U1I6vqwk

Matou Dessine